Les Alyscamps

Une allée de sarcophages à Arles : les Alyscamps

Arles est connue pour ses nombreux vestiges de l’époque romaine : Arènes, théâtre antique, etc… Mais savez-vous que cette époque lointaine nous a aussi laissé une insolite allée bordée de centaines de sarcophages ? Ce lieu étrange s’appelle les Alyscamps

Cette nécropole gallo-romaine était l’une des plus prestigieuses d’Occident jusqu’à la fin du Moyen Âge. A cette époque, les cimetières comme on les connait aujourd’hui n’existaient pas. Les morts reposaient dans des sarcophages alignés le long des grands axes routiers, à l’entrée des villes. Durant l’Antiquité, le monde des morts était à l’extérieur des cités, toujours séparé de celui des vivants.

Arles (Bouches-du-Rhône). Les Alyscamps.

Les Alyscamps formaient un cortège de tombeaux le long de la voie Aurélienne, qui reliait Arles à Rome.

(Comme d’habitude, cliquez sur les photos pour les voir avec une meilleure qualité)

Arles (Bouches-du-Rhône). Les Alyscamps.

En provençal, Alyscamps signifie « Champs Élysées« . C’est-à-dire la partie des Enfers, où, selon la religion romaine, séjournaient les âmes vertueuses après la mort.

Arles (Bouches-du-Rhône). Les Alyscamps.

Un peu plus loin sur l’allée des sarcophages, les ruines de l’église Saint-Honorat veille toujours sur plusieurs tombeaux agglutinés autours d’elle.

Arles (Bouches-du-Rhône). Les Alyscamps et l’église Saint-Honorat.

Au XIIème siècle, la nécropole perd de son aura. Elle est dépecée petit à petit par les seigneurs qui offraient en souvenir à leurs hôtes les plus beaux sarcophages. D’autres les dérobaient pour enrichir leurs collections. Les moines réutilisaient les pierres tombales pour bâtir d’autres monuments religieux. Les paysans prélevaient également des sarcophages pour s’en servir comme auge pour leurs animaux.

A l’époque moderne, la nécropole fut saccagée encore un peu plus lors de la construction de la ligne ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée, puis celle des ateliers SNCF voisins.

Heureusement, plusieurs sarcophages magnifiquement sculptés ont subsisté (miracle ?) et sont maintenant exposés au musée départemental de l’Arles antique, que je vous recommande de visiter.

Arles (Bouches-du-Rhône). Les Alyscamps.

Entrons maintenant dans ce qu’il reste de l’église Saint-Honorat. Elle est en mauvaise état et sans aucune commodité moderne (pas d’éclairage). Heureusement, au mois de juillet, la luminosité est forte et je n’ai pas eu besoin de lampe pour explorer les salles abandonnées.

Dans une des chapelles, trône un énorme sarcophage. J’en fais le tour mais aucun panneau ne donne d’explications. Le tombeau gardera donc son secret sur l’illustre inconnu qui reposait à l’intérieur.

Arles (Bouches-du-Rhône). Dans l’église Saint-Honorat.

Je m’aperçois à l’instant qu’en regardant cette photo avec un peu de recul, on y voit un visage animal, mi-félin, mi-singe. Le voyez-vous ?

Malgré la chaleur de cet été 2020, l’atmosphère est empreinte d’humidité. On imagine la grande activité des cultes, avant le déclin. Les croyances passent et disparaissent, chassées par d’autres. Ainsi va le cycle des religions depuis toujours.

Arles (Bouches-du-Rhône). Dans l’église Saint-Honorat.

Certaines salles sont plus sombres que d’autres. Beaucoup de vitraux sont étonnamment bien conservés, malgré l’invasion d’énormes araignées qui y ont fait de grandes toiles.

Arles (Bouches-du-Rhône). Dans l’église Saint-Honorat.

Le lieu est glauque à souhait et je ne suis pas mécontent de ressortir à l’air libre et sentir le soleil réchauffer ma peau.

Pourtant, dès l’entrée, une sympathique créature semblait me prévenir en me tirant sa langue de feuilles mortes…

Arles (Bouches-du-Rhône). Gargouille à l’entrée de l’église Saint-Honorat.

Si vous souhaitez plus d’informations historiques sur cette ancienne nécropole, l’article de Wikipédia est très bien sans être trop long. Vous y trouverez aussi quelques toiles des Alyscamps, peintes par des artistes célèbres, tels que Paul Gauguin ou Vincent Van Gogh.

Bon weekend !

44 réflexions sur “Les Alyscamps

  1. Merci Fil pour cette belle visite.
    La prochaine fois que je me rendrais dans cette région, je n’oublierai surtout pas ton très beau reportage.
    En regardant tes photos, je sentais bien l’humidité et le côté bien glauque de ces lieux Brr..
    Bises

  2. Je vais généralement à Arles au minimum une fois par an pour le festival de la photo de nu, et jamais je n’ai visité les Alyscamps, quel dommage. Merci de me les avoir fait découvrir, c’est très beau et très inspirant à cause de toute l’histoire là derrière.

  3. Ohh mais c’est un billet histoire que tu nous fais la!
    J’adore!
    Tes photos sont magnifiques et donc tu préfères les Champs Elysees de Paris que ceux la?! 🙄 😀
    Vu l’animal avec ce que tu a dit a Malyloup 😉
    Belle semaine
    Bizzzz

  4. Un bien beau reportage et de bien belles photos. J’ai appris quelque chose aujourd’hui, pour une ville que je connaissais de nom que je traversais( par l’autoroute) pour mes déplacements a l’époque, ou je me suis arrêté quelque fois quand j’avais de la famille mais que je n’ai jamais prit le temps de visiter. Une chose a ajouter dans la to do list une fois qu’on pourra y voyager. Merci Philippe.

    • Je ne faisais qu’y passer, moi aussi. Les vacances de l’été dernier m’ont donné l’occasion de visiter Arles. Pour qui s’intéresse à l’histoire antique, il y a beaucoup de vestiges historiques à découvrir. Les Alyscamps, les arènes, le théâtre, etc… sans oublier le musée départemental de l’Arles antique qui vaut vraiment la visite.
      Merci pour ton passage ici, Alexandros, et bon dimanche.

  5. « Je m’aperçois à l’instant qu’en regardant cette photo avec un peu de recul, on y voit un visage animal, mi-félin, mi-singe. Le voyez-vous ? »
    heu tu veux dire que l’ensemble de ton cadrage donne l’impression de voir le visage d’un singe? en tout cas, c’est comme ça que je le perçois 😉
    et merci pour l’échange très intéressant avec henry
    bises et bon dimanche, phil

    • Même si tu as plus l’habitude de voir les animaux sauvages en vrai, tu peux aussi deviner la créature fantastique que j’ai débusqué dans la chapelle :
      La bouche est formée par le sarcophage, le couvercle étant la lèvre supérieure.
      La niche du fond, juste derrière, est le museau.
      Les yeux et sourcils sont les 2 pilastres juste au-dessus.
      L’encadrement de la porte forme les contours du visage.

      Bon dimanche à toi aussi, Malyloup.
      Bises.

  6. Quel site magnifique!!! Merci beaucoup pour repartage Phil, tu communiques à nouveau l’envie de visiter par tes articles remplis de belles photos et d’informations 🙂
    Bon dimanche à toi 🙂

  7. Surprenante cette allée de sarcophages ! Je ne connaissais ni le terme Alyscamps, ni le lieu. Je découvre donc.
    Cela dit, attirée par la lumière, j’ai particulièrement apprécié les vitraux, en dépit des toiles d’araignées 🙂

    • Oui, surprenante est le mot juste. Je ne connaissais pas non plus les coutumes de cette époque, qui consistait à aligner les défunts dans des sarcophages, le long des routes principales et à l’entrée des villes. Dans une région aussi chaude, ça devait sentir bon !

  8. Je ne sais si ce lieu est glauque d’humidité, mais l’architecture y est belle et j’aime beaucoup. Effectivement, dans l’église Saint Honorat, on peut voir une tête d’animal… Je ne sais si c’est le même que tu vois!

  9. Magnifique site, malgré les destructions successives.
    Pour les ceusses que cela intéresse et toujours sur la commune d’Arles, en allant vers les Alpilles, un autre haut lieu de la mémoire ancienne détruit également et sur lequel a été bâtie l’Abbaye de Montmajour. D’émouvantes sépultures creusées à même la roche et a proximité de cette abbaye touristique des hypogées, les hypogées de Cordes ou des Fées de Cordes, ou encore hypogées de Fontvieille https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypog%C3%A9es_de_Fontvieille
    Tout un pan de l’histoire du bassin méditerranéen, autrement dit,
    Merci Fil,

      • Ha pas connaitre Beaucaire, comme je te l’ai dit, j’en suis resté à l’autre berge, concurrente si j’ai bien compris, et déjà à Tarascon, il y a beaucoup à voir et découvrir, notamment à propos de ce sulfureux et Cokin Roi René, que je pensais tiré d’un conte pour enfants pas sages !!! Mais il est vrai que la région regorge de Trésors d’Histoire et notamment de notre civilisation et de ses origines Mais bon, tu me donnes envcie de cette Abbaye

        • Hé bien ce sera pour ton prochain passage dans la région. 😉
          Je te souhaite la même chance que j’ai eu d’avoir bénéficié d’une visite guidée avec un passionné bénévole. Ce guide était vraiment très intéressant et donnait beaucoup de détails et d’anecdotes sur la vie quotidienne et « ordinaire » des religieux sur ce site. J’ai appris plein de choses intéressantes.

          • Ce qui m’intéresse justement dans ce genre de lieu particulier et sur ces sites, c’est essentiellement tout ce qui est antérieur à la récupération destructrice du passé par le fait du religieux et qui a généralement été soigneusement et méticuleusement détruit par cette organisation fanatique au sévit encore aujourd’hui…
            Pour le cas des hypogées de la région et du site préhistorique (détruit également par l’église) de l’abbaye de Montmajour, Prosper Mérimée en qualité d’inspecteur général de l’administration à mis en évidence cette destruction minutieuse et ces traces volontairement effacées auxquelles les religieux y ont substitué ce qui subsiste aujourd’hui autour de leur légende à deux balles et certes de beaux édifices architexturaux romans hyper luxueux,
            Jdçjdr🌿😱🌿🤪🌿😱🌿

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :