Les petits détails

Les p’tits détails

J’ai emprunté le titre à Anne-Laure pour évoquer un sujet qui touche beaucoup de photographes, dont peut-être toi. Oui, toi qui me lis en ce moment.

Tu sais ce que c’est, toi qui fait des photos de tout et de rien. On part se promener avec l’appareil dans le sac et on flâne, l’œil aux aguets, à la recherche d’un sujet que l’on espère intéressant et esthétique. Pour ne pas rentrer bredouille, on observe autour de soi en espérant trouver on ne sait quoi. Mais parfois on ne trouve rien ! Nada ! Nothing ! Quedal ! Alors on regarde désespéramment ce pan de mur devant lequel on est passé des centaines de fois sans vraiment le voir, et on le prend en photo sans réelle conviction.

Avoue qu’il t’est arrivé de photographier des trucs sans intérêt dans la rue, juste pour voir ce que ça peut donner sur ton écran, mais surtout juste parce que tu étais en panne d’inspiration. Hein ? Allez, avoue ! Ben moi, ça m’est arrivé souvent. Et que deviennent ces merveilleuses photos de l’ennui ? Pour la grande majorité, elles disparaissent dans la poubelle située dans le coin inférieur gauche de mon écran. Mais certaines survivent au tri impitoyable pour des raisons que je n’explique pas toujours.

Ces photos de l’ennui trainent donc dans mon disque dur en attendant que je vous les montre. Mais je ne vous les montre jamais ! A chaque fois que je fais une passe sur le stock de « photos à publier peut-être un jour », je les revois et je me dis : Mais pourquoi je la garde, celle-ci ? Elle est banale à mourir, inintéressant, parfois moche, mais vire-la donc ! Mais le doigt posé sur la touche « Supp » du clavier refuse d’obéir. Ou plutôt il semble obéir à une autre partie de mon cerveau, moins rationnelle, plus diffuse, qui doute et qui semble dire que cette photo a une qualité que je n’arrive pas à définir. C’est peut-être plus affectif que rationnel, mais le fait est là. Il y a des photos qui trainent dans mon dossier « WordPress » depuis très longtemps. Trop longtemps. Certaines attendent depuis 3 ans ! Oui, 3 ans d’hésitation…

L’autre raison de leur non-publication est qu’elles sont inclassables. Je ne suis jamais arrivé à les intégrer dans un post à thème. Trop décalées par rapport au groupe homogène des autres photos, à la fois trop disparates et trop spécifiques.

Alors voilà, aujourd’hui j’ai décidé de sortir ces photos de l’oubli en les rassemblant sous le titre « Les p’tits détails ». Je pense que c’est ce qui les rassemble le plus. Je ne sais pas si elles vont vous intéresser…. ou pas. Mais il fallait qu’elles sortent au grand jour.

Et je commence par ce fameux pan de mur qui date de plus de trois ans (la photo, pas le mur).

Rennes, Place du Parlement de Bretagne.

Ça casse pas des briques, hein ? 🙂

Sur la suivante, je voulais photographier la superbe fille en string topless qui se pavanait sur la plage, mais mon autofocus a préféré s’accrocher sur ce poteau défraîchi. Depuis, lui et moi, on est fâché…

Saint-Sébastien (Pays Basque espagnol), la plage de la Concha.

Un trio de cheminées pour continuer. Si un psy passe par là, je suis preneur d’une explication. C’est grave docteur ?

Getaria (Pays Basque espagnol). Cheminées au pied du Mont San Anton.

Encore une cheminée, docteur ! Bon, cette fois-ci, je sais pourquoi j’ai déclenché. Il s’agit d’une cheminée-girouette pour éviter que le vent ne refoule la fumée vers l’intérieur. J’ai bien aimé l’idée mais cela suffit-il à faire une bonne photos ? J’en doute encore…

Cheminée dans le désert des Bardenas Reales (Navarre, Espagne).

Quoi de plus passionnant que des détails architecturaux ? Des millions de choses, sûrement. Alors pourquoi j’ai pris cette fenêtre en photo et surtout pourquoi je l’ai gardée ?

Fenêtre de la Casa del Guarda, dans le parc Güell (Barcelone, Espagne).

A propos de fenêtre, voici une poignée qui ne manque sûrement pas d’intérêt… mais je le cherche toujours.

A l’intérieur de l’institut franco-américain de Rennes (Bretagne).

Et encore une poignée ! Et même deux. Celles-ci attendaient depuis deux ans. C’est poignant…

Porte à Maure-de-Bretagne.

La photo suivante a peut-être une explication crédible. C’était au musée Guggenheim, temple de l’art contemporain. Alors poussé par l’euphorie ambiante, je me suis pris pour un artiste à la mode et voilà ! C’est beau, non ? Z’êtes pas obligé de répondre…

Musée Guggenheim de Bilbao (Pays Basque espagnol).

Pour terminer sur une note colorée, voici une œuvre d’art. Oui, ces trois bocaux de victuailles sur une étagère sont une œuvre d’art, ou plutôt font partie d’une œuvre d’art. Si vous ne comprenez pas, le titre de l’œuvre de l’artiste Mélodie Mousset vous éclairera sûrement : « Moi-nument bank, explore beyond limit ». Tout est limpide, maintenant. Vous ne regarderez plus jamais vos cornichons avec le même ail œil.

Œuvre d’art « Moi-nument bank, explore beyond limit », de Mélodie Mousset, exposée aux Ateliers du Vent (Rennes).

Voilà ! Ah, ça fait du bien d’avoir enfin pu montrer ces magnifiques photos. Je ne sais pas si ça vous a fait du bien de les regarder. D’ailleurs, je me demande si j’ai vraiment envie de le savoir. Le doute et l’hésitation, encore et toujours… 🙂


 

57 réflexions sur “Les petits détails

  1. Pingback: Les petits détails d'Odigitria Gonia - Alexandros Stamatiou photos

  2. Désolé mais je trouve les effets de contraste intéressants, et tu as bien su capter la lumière sur les volumes ; j’ajoute que tes sujets sont remarquables, par leurs formes, le rythme qu’ils impulsent aux espaces dans lesquels ils se situent . et pris sous un angle qui les met en valeur. Peut-être certains cadrages pourraient être améliorés.

    Cela dit si ces photos ne te plaisent pas tu peux être rassuré, l’artiste en toi est bien enfermé.

    • Merci pour ton analyse.
      Ce n’est pas que ces photos ne me plaisent pas, ni même qu’elles me plaisent. Je n’étais pas persuadé qu’elles pourraient présenter un intérêt à être montrées. Mes doutes sont dissipés, en tout cas auprès de ceux qui se sont exprimés comme toi.
      Je te souhaite une bonne fin de journée et encore merci pour ton commentaire.

  3. C’est important les petits détails. C’est l’intérêt de connaître du photographe justement, voir sur quoi il s’est attardé, quelle partie de la scène il a choisi de nous montrer. Après, que ça plaise ou non, qu’importe, ça fait partie d’un tout qui est toi. Ou toi à un moment précis, qui est passé à présent sans doute. Mais ça te rappelle des souvenirs c’est sûr, et c’est déjà ça de pris !
    Peut être qu’intégrées dans un ensemble, elles auraient plus de sens. Par exemple plein de bouts de murs, plein de cheminées, etc…
    Un jour j’ai fait un post de photos ratées par exemple. (mauvais cadrages ou mauvaises mises au point). Et plein de gens les ont aimées ! 🙂
    Mais ici elles ne sont pas ratées.
    Ici j’aime tout particulièrement les 3 cheminées, la porte, et la fenêtre.
    Et si ça peut te consoler, j’en ai plein des détails qui attendent. Leur jour viendra, ou pas. 🙂

    • Tu me rassures car j’avais un peu peur de n’intéresser personne avec ce genre de photo. Par contre, je n’en fais pas des séries suffisamment étoffées pour faire un article avec des photos homogènes.
      Je suis finalement content d’avoir soumis ces quelques photos aux regards critiques et bienveillants car j’ai ouvert les yeux une deuxième fois grâce à vos mots. Concernant les 3 cheminées, par exemple, je ne les vois plus comme des cheminées mais comme des personnages qui discutent au soleil en regardant passer les gens. Je vois leurs yeux et leur sombrero. 🙂 C’est peut-être ça que j’avais vu inconsciemment et qui m’a donné envie de déclencher. Je ne sais pas…
      Merci beaucoup pour tes mots et j’attends donc ta propre version des petits détails inavoués… ou pas. 😉
      Bises et bonne journée, Sophie.

    • C’est le problème des autofocus dits « intelligents » et prédictifs. Ils analysent la scène et déterminent où est le sujet (selon eux). Bientôt, avec l’inteligence artificielle, l’appareil prendra les photos tout seul… Oui je sais, ça existe déjà. 😉
      Merci pour ton avis et bonne journée à toi, Ronald.

  4. Je trouve que tu as eu raison de ne pas jeter ces photos,
    et de les mettre au grand jour.
    C’est vrai, qu’on a tous des clichés dans un coin de notre ordi,
    dont on ne sait que faire.
    Les mettre à la trappe ou les garder.
    Celles ci que tu nous présente, sont de belle qualité (mis au point et même le sujet, et oui !,Je t’assure,couleurs etc…)
    Il fallait trouver une rubrique pour les mettre en valeur.
    C’est fait.

  5. Ok on ne parlera pas des sujets de ces photos, tout le monde a le droit d’être désœuvré quand il se promène en ville sans modèle avec lui 😉
    Heureusement la lumière( le piqué) de ces quelques clichés, illumine mon écran de chaleur( et ce n’est pas a cause des cheminée éteintes) d’envie de voyage. N’est pas la, le rôle de la photo? Donner envie….

    • Il est certain que si j’avais un modèle comme toi pour faire des photos en ville, je prêterais beaucoup moins attention aux murs, portes et fenêtres !
      Je suis cependant ravi que ces quelques photos a priori sans intérêt t’aient apporté un peu de chaleur et d’envie.
      La bise.

  6. Il est des moments où l’on se dit que l’on devrait faire du nettoyage sur ses clés USB …. on voit alors des images, des photographies que l’on a prise et l’on se dit ; pourquoi j’ai pris CA ?
    Lorsque je rentre de reportage je fais le tri en premier et jette de suite ce qui ne me plait pas. Après je choisis les photographies pour le sujet à publier. Parfois j’exfiltre une photographie d’un sujet pour la publier séparément.
    Après il reste des photographies qui trainent …. régulièrement je fais du nettoyage

    • Justement, la question porte sur ces fameuses « photographies qui trainent », comme tu dis. On se demande si elles sont bonnes ou mauvaises, si on doit les montrer ou pas, et finalement elles végètent dans l’ordi pendant des mois.
      C’est toujours compliqué de juger ses propres photos. D’où l’intérêt de les montrer et d’écouter la critique.

      • Je ne recherche pas la critique en publiant.
        Les personnes qui passent sur mon site sont libres de ne faire que passer, d’indiquer qu’elles aiment la photographie ou l’article ou alors de se lancer dans une discussion.
        Pour en revenir à la discussion et aux photos qui traînent, à la longue, je fais le grand tri.
        Comme tu le dis, les montrer et rechercher la critique ? Lorsque des photographies sont sorties de leur contexte initial et que l’on fait des « lots » en les publiant ainsi ensemble, difficile (pour moi) de porter un jugement.
        Souvent j’aime une photographie ou un article, cela me parle, mais ce n’est pas pour autant que j’ai envie de me lancer dans des explications du pourquoi du comment. C’est rare que je le fasse.
        Certaines personnes disent que mettre un j’aime est facile . Je lui répondrais que chaque personne fait selon son sentiment.

        • En fait, tout dépend du type de blog que l’on tient. Pour ma part, c’est un photo-blog, donc la critique est un retour utile. Si c’était un blog de voyage ou littéraire dont les photos servent uniquement d’illustration, leur critique n’aurait pas de sens.
          Après, tu as raison de dire que les gens sont libres de ne pas commenter (heureusement !) ou de « juste » liker (ça fait toujours plaisir)… ou pas (bouuuhhh !). 🙂 Étant moi-même abonné à 165 sites, je ne commente pas toujours non plus à chaque fois. Les 24 heures d’une journée n’y suffiraient pas. Donc je comprends ceux qui ne font que passer. Je les remercie déjà d’être venus.
          Enfin, même si on a le temps, on n’a pas forcément l’envie ou l’inspiration pour écrire un commentaire « intelligent ». Un like suffit pour dire que l’on aime. Inutile d’en rajouter, parfois.
          Bref, je te remercie d’avoir pris le temps de discuter avec moi sur ce sujet. 🙂
          Bises et bonne soirée à toi.

  7. Ce sont ces petites choses auxquelles on ne fait pas forcément attention et que la photographie permet de mettre en valeur. Belle série et bel article Phil 🙂 Bonne journée à toi!!!

    • C’est vrai qu’on dit souvent que les photographes voient des détails invisibles aux autres. C’est parce que l’on est plus attentif à ce qui nous entoure.
      Merci et bonne journée à toi aussi, Jean-Noël.

  8. Salut à Toi l’Animal !

    Si je te dis que ce sont ces photos qui présentent pour moi le plus d’intérêt tu n’auras aucune surprise….

    Tu dois en avoir des dizaines de milliers au bas mot.., au bas mot, allez, 30 000 par an, format numérique s’entend! J’ai bon là…..?

    Mais le Trésor il est vraiment là à mon sens, mais il faudrait un fût de bière pour en parler ou bien de la bonne Ganja compressée (pas trop non plus) où bien la fameuse boisson irlandaise ou écossaise(un petit caisson)….. Et quelques journées devant nous et pas forcément pour des soirées diapos, Hein! Non, pitié, pas ça, mais pourquoi pas inviter un Docteur, oui……! Excellente idée….

    • Hé bien non, je ne suis pas étonné que tu trouves un intérêt à ce genre de photo. Mais bon, toi tu vois des trucs que personnes n’aperçoit, même sans dopage. 🙂
      En fait, je ne fais pas autant de photos que tu le crois dans l’année. J’ai diminué la quantité et je regarde/réfléchis plus avant de déclencher. Pour être honnête, depuis que je fais du nu, j’ai moins d’intérêt pour le reste. Sûrement à tort, mais c’est ainsi. En plus, je manque toujours de temps pour traiter toute la production…

  9. j’adore la fenêtre et toutes les poignées 🙂
    et il n’y a pas de mal à se faire plaisir en prenant tout et n’importe quoi en photos
    c’est toujours une part de nous qui parle, qui raconte et se la raconte
    c’est beau, banal et le reste on s’en fout 😉
    merci pour ces détails choisis de toi
    bises, phil et bonne nuit

    • C’est vrai qu’on doit s’ennuyer ferme dans un monastère ! 😀 Bon OK, je plaisante. Si ça se trouve, les moines doivent s’amuser comme des fous à faire des photos rigolotes… 🙂 Vade retro, l’ananas !

      • hahaha, je ne pense pas qu’ils s’amusent a faire des photos lol mais bon si un jour je séjourne dans un monastère je me met en mode Ninja, agent secret après les prières et si j’en prend un au filets je ne le rate pas :-). Les monastères sont un havre de paix. Quand on croise pas des moines, on croise les chats monastiques :-). En général il y a une armée de chats a chaque monastère. Merci Phil, bonne journée.

  10. Haha moi aussi j’ai des photos qui dorment sur mon DD et je me pose les memes questions que toi !! Mais pourquoi ? pourquoi j’ai pris ca ? pourquoi je les garde ? pourquoi ci … pourquoi ca mdrrr peut etre qu’elles nous rappellent un moment precis et apprécié ^^

    • Je me doutais bien que je ne suis pas le seul à photographier n’importe quoi par dépit. Bienvenue au club ! 🙂
      Quant à la raison pour laquelle on conserve certaines photos, peut-être qu’effectivement elle tient plus de l’affect que de l’esthétisme pur…

  11. Je suis fan ! J’adore les détails, ainsi on peut inventer l’environnement autour et du coup ça raconte des tas d’histoires ! C’est l’univers des possibles et puis selon moi ce qui fait la différence entre un travail ordinaire et un travail extraordinaire c’est l’art du détail et la simplicité ; ) Bisous !

    • Tu as de quoi t’inventer des histoires avec ce pot pourri de détails ! Je te remercie pour ton enthousiasme que je n’aurais pas cru possible pour ces quelques clichés. 🙂 Finalement, grâce à toi (et même si tu es la seule), je ne regrette pas de les avoir gardés.
      Bises et bon dimanche.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :