Lac de Guerlédan

Promenade au fond du lac de Guerlédan

Cette semaine, je vous emmène au fond du plus grand lac de Bretagne, sans bouteille ni tubas.

Comment est-ce possible ? Grâce à un évènement exceptionnel : L’assèchement du lac entre avril et octobre 2015. La vidange du lac a lieu tous les 30 ans afin de procéder à l’inspection du barrage hydroélectrique de Mûr-de-Bretagne. Des travaux de rénovation étaient également nécessaires. Autant dire qu’il ne fallait pas rater cet événement !

L’histoire de Guerlédan

Avant de « plonger », quelques clés pour comprendre le lieu (pour plus de détails, visitez le site officiel : www.lacdeguerledan.com ).

La construction du barrage a commencé en 1924 et s’est achevée en 1930. L’ouvrage fait 45 m de haut pour 206 m de long et permet de constituer un lac artificiel de 12 km de long et 40 m de profondeur au plus bas. Le barrage a 3 fonctions : produire de l’électricité, contribuer à l’alimentation en eau potable et permettre la pratique d’activités nautiques.

La création du barrage a entraîné l’engloutissement de la vallée, dans laquelle se trouvait des carrières de schistes et d’ardoises, 17 écluses et plusieurs maisons éclusières. L’ouvrage coupe irrémédiablement le canal de Nantes à Brest en deux, interrompant définitivement la navigation fluviale.

Où est-ce ?

Le lac de Guerlédan se situe au cœur de la Bretagne, séparant les Côtes d’Armor (au nord) et le Morbihan (au sud).

(Cliquez sur les cartes pour les afficher en plus grand)


L’assèchement de 2015

J’ai marché sur le fond du lac lors du dernier mois d’assèchement, soit en d’octobre 2015, 6 mois après la vidange complète. Certes, à cette période de l’année, la météo était grise mais le sol n’était plus vaseux et l’on pouvait marcher dessus sans s’enliser. Le lac asséché a laissé place à un paysage lunaire, parsemé de ruines d’anciennes écluses et maisons, ainsi que de quelques épaves.

Épave au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Épave au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

On peut voir le niveau normal du lac, à la limite de la forêt, en haut de la photo ci-dessous. La rivière qui coule paisiblement dans son lit original est le Blavet, dont une partie du tracé était utilisé pour le canal de Nantes à Brest.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Les arbres noyés par la montée des eaux sont restés tels qu’ils étaient en 1930. Ils donnent vraiment l’impression d’être encore vivants, depuis 85 ans. Remarquez aussi le sol craquelé, après 30 ans passés sous l’eau et 6 mois d’assèchement.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Sur le chemin de halage, on peut apercevoir les bornes kilométriques du canal de Nantes à Brest. Celle-ci porte encore l’ancien nom du département des « Côtes du Nord », devenu « Côtes d’Armor » en 1990. Maintenant, ces bornes permettent aux poissons de savoir à combien de kilomètres ils se trouvent de Brest ou de Nantes. 🙂

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ce qui m’a surpris le plus, c’est de voir autant de végétation repousser en aussi peu de temps, là où nageaient les poissons il y avait à peine 6 mois.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Aujourd’hui, cet arbre est de nouveau sous les eaux pour de nombreuses années…

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Encore une épave qui reposait au fond du lac de Guerlédan.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Les visiteurs doivent marcher 12 km pour rejoindre l’autre extrémité du lac, en suivant le cour du Blavet. En levant les yeux, on voit bien jusqu’à quelle hauteur l’eau monte quand le lac est rempli.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Côté Sud (à droite), c’est le Morbihan. Côté Nord (à gauche), ce sont les Côtes d’Armor.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Dans la vallée engloutie par les eaux, il y avait 17 écluses et plusieurs maisons, dont celles des éclusiers. J’imagine la vie qu’il y avait avant 1930, avec des enfants jouant autour de ces arbres…

Ruines au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ruines au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Les murs en pierres des écluses ne semblent pas souffrir de 85 années d’immersion. Par contre, il n’en est pas de même des parties métalliques.

Détail d'une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Détail d’une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Certains points de vue dévoilent un paysage bucolique et éphémère.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

La photo ci-dessous montre l’une des 17 écluses et la maison de l’éclusier. Quand on voit la marque du niveau normal du lac, bien au-dessus du toit de la maison, cela laisse songeur…

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

 

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Les couleurs de la végétation sont surprenantes. Elles varient du vert au rouge, selon l’altitude dans la vallée.

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Plus on se rapproche de l’extrémité ouest du lac, moins la profondeur de celui-ci est importante, ce qui n’empêche pas que les maisons soient entièrement immergées.

Ruine au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ruine au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Dans la partie Ouest du lac, quelques écluses ont conservé leurs portes en métal, rongées par la rouille.

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Détail d'une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Détail d’une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Détail d'une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Détail d’une ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Ancienne écluse au fond du lac de Guerlédan asséché en 2015 (Bretagne).

Après 12 km de marche, nous voici arrivés à l’extrémité Ouest du lac de Guerlédan. Ici, l’assèchement n’a pratiquement pas fait varier le niveau de l’eau. (Photos en mode lomographique)

Lac de Guerlédan (Bretagne).

Lac de Guerlédan (Bretagne).

Imaginez le temps qu’il faut pour remplir un lac de 300 hectares avec cette petite rivière…

Lac de Guerlédan (Bretagne).

Lac de Guerlédan (Bretagne).

Si vous souhaitez voir le lac lorsqu’il est plein, visitez le site officiel : www.lacdeguerledan.com

2 courtes vidéos (1 et 2 minutes) sont visibles sur le site de Ouest-France : cliquer ICI.

 J’espère que cet article exceptionnellement long ne vous a pas lassés. 😉


Advertisements

48 réflexions sur “Lac de Guerlédan

  1. Tes photos sont géniales! Je trouve impressionnant d’imaginer le lac rempli quand on voit les gens y balader le long.
    C’est très intéressant de découvrir cet endroit! Et tu as eu la chance d’être présent pour photographier le lac asséché. Dans 30 ans, on ne sait pas si on pourra le voir.

    • J’espère être toujours de ce monde dans 30 ans. 😉 Et peut-être même dans 60 ! Par contre, pas sûr de pouvoir marcher les 12 km…
      Oui, le site est impressionnant, surtout quand on voit la limite de l’eau, tout là-haut ! C’était un véritable privilège de se promener sur un chemin accessible que tous les 30 ans.

    • Qu’importe les craquelures, pourvu que les jambes tiennent bon et que l’œil garde son sens photographique ! En fait, il n’est même pas sûr que le lac soit encore vidé dans 30 ans. EDF mettrait au point d’autres techniques d’entretien pouvant être effectuées sous l’eau.

  2. Impressionnant de retrouver ces vestiges au fond du lac , pour cette période de vidange; Comme tu le notes si bien, imaginer la vie à ces endroits, avant même que cela ne devienne une réserve d’eau c’est marrant. Superbe reportage photo de ce joli coin de Bretagne. bonne journée !

    • « Impressionnant » est le mot juste. Se promener en sachant qu’en temps normal il y a 20 à 40 m d’eau au-dessus de notre tête est une expérience troublante. C’est aussi un voyage dans le temps. On se retrouve propulsé en 1930…
      Merci et bonne journée à toi aussi, Pimpf !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :