Charme – Natur’Elle – 11

Natur’Elle

Épisode 11 : La Femme des origines

Certaines photos sont réservées à un public adulte.
Si vous êtes majeur, vous pouvez cliquer sur les photos pour les afficher sans floutage.

Some photos are intended for an adult audience.
If you have at least 18 years old, you can click on the photos to display them without blurring.

Natur’Elle (NB103)

Le feu du ciel

I.

La voyez-vous passer, la nuée au flanc noir ?

Tantôt pâle, tantôt rouge et splendide à voir,

Morne comme un été stérile ?

On croit voir à la fois, sur le vent de la nuit,

Fuir toute la fumée ardente et tout le bruit

De l’embrasement d’une ville.

Natur’Elle (NB104)

D’où vient-elle ? des cieux, de la mer ou des monts ?

Est-ce le char de feu qui porte les démons

À quelque planète prochaine ?

Ô terreur ! de son sein, chaos mystérieux,

D’où vient que par moments un éclair furieux

Comme un long serpent se déchaîne ?

Natur’Elle (NB105)

II.

La mer ! partout la mer ! des flots, des flots encor.

L’oiseau fatigue en vain son inégal essor.

Ici les flots, là-bas les ondes ;

Toujours des flots sans fin par des flots repoussés ;

L’œil ne voit que des flots dans l’abîme entassés

Rouler sous les vagues profondes.

Natur’Elle (NB106)

Parfois de grands poissons, à fleur d’eau voyageant,

Font reluire au soleil leurs nageoires d’argent,

Ou l’azur de leurs larges queues.

La mer semble un troupeau secouant sa toison :

Mais un cercle d’airain ferme au loin l’horizon ;

Le ciel bleu se mêle aux eaux bleues.

– Faut-il sécher ces mers ? dit le nuage en feu.

– Non ! – Il reprit son vol sous le souffle de Dieu.

Natur’Elle (NB107)

III.

Un golfe aux vertes collines

Se mirant dans le flot clair !

Des buffles, des javelines,

Et des chants joyeux dans l’air !

C’était la tente et la crèche,

La tribu qui chasse et pêche,

Qui vit libre, et dont la flèche

Jouterait avec l’éclair.

Natur’Elle (NB108)

Pour ces errantes familles

Jamais l’air ne se corrompt.

Les enfants, les jeunes filles,

Les guerriers dansaient en rond,

Autour d’un feu sur la grève,

Que le vent courbe et relève,

Pareils aux esprits qu’en rêve

On voit tourner sur son front.

Natur’Elle (NB109)

Les vierges aux seins d’ébène,

Belles comme les beaux soirs,

Riaient de se voir à peine

Dans le cuivre des miroirs ;

D’autres, joyeuses comme elles,

Faisaient jaillir des mamelles

De leurs dociles chamelles

Un lait blanc sous leurs doigts noirs.

Natur’Elle (NB110)

Les hommes, les femmes nues

Se baignaient au gouffre amer.

Ces peuplades inconnues,

Où passaient-elles hier ?

La voix grêle des cymbales,

Qui fait hennir les cavales,

Se mêlait par intervalles

Aux bruits de la grande mer.

La nuée un moment hésita dans l’espace.

– Est-ce là ? – Nul ne sait qui lui répondit : – Passe !

(…)

Victor Hugo : Les orientales (1829).

Natur’Elle (NB111)

En couleur

Modèle : Louka


Sur le blog d’Henri

Parce que nous n’éprouvons pas tous les mêmes émotions face à une image, je vous invite à découvrir une autre interprétation de ces photos sur le blog d’Henri (qui a participé activement et artistiquement à ce shooting), qui associe des écrits personnels à un un texte de Victor Hugo : etoile31.wordpress.com/Bien-Voeu-Nue aux Sources-10


40 réflexions sur “Charme – Natur’Elle – 11

  1. Une vrai aborigène perdu dans la nature ! Le feu très bonne idée ! En plus les flammes qui ondulent, qui prennent forment par la puissance de l’humain c’est bien trouvé ! 😉

      • Il faut dire que le feu a été soigneusement élaboré, avec un choix d’ingrédients alchimiques en prévision de cette Danse des Origines au Coeur du Minéral-Athanor découvert au moment!!

    • Merci Ronald , je suis alors fière d’émaner de vous les mots « magique, maitrise, forces, victoire «  … J’ai voulu, avant le shooting, vous présenter l’allumage du feu par la méthode ancestrale de friction qui consiste à utiliser une planchette, un forêt , un arc et une paumelle … A la base de ces 4 éléments naturels, par friction et échauffement , vous créez une braise précieuse que vous glisser doucement dans un nid préalablement préparé à base de molinie et de macette … Et c’est là , où toute la subtilité du souffle opère : un souffle léger mais puissant, concentré vers la braise emmitouflée, la fumée provoquée vous parle, vous chante l’apparition soudaine de la première flamme 🔥 …Et là , victoire !!!!! Le feu brûle de vos doigts et de votre être ….
      J’aurais aimé vous en faire la démonstration en photo mais j’ai manqué de temps pour réunir ce matériel pour le shooting … Cette méthode dans ce contexte aurait donné encore plus de magie ….
      Bises à vous …. Louka 🔥

  2. Cet île déserte, j’aimerais y accoster,
    car cette jolie guerrière Robinsonne,
    donne des envies bien polissonnes.
    Elle semble être une bonne allumeuse,
    à la vue de sa belle flamme.
    J’irais chasser du gibier pour elle.

    Mis à part ça, le progrès n’est-il pas de revenir en arrière ?
    Plus de télévision,plus de net, etc….
    Fini avec cette modernisation qui nous accable et dirige (mal).
    Heu, j’oubliais l’appareil photo de Phil.
    Heureusement qu’il est là pour nous faire découvrir
    avec l’aide d’Henri, ces très belles images de Louka.
    Je suis encore charmé.

    • La guerrière est plus une Amazone qu’une Robinsonne
      et son gibier est l’Homme, qu’elle fait fondre à petit feu…

      Merci pour tes mots, Gil.
      Tous n’est pas à jeter dans le progrès. Comme tu le dis, si je n’avais pas d’appareil photo et Internet pour partager tous ces charmes, peu de gens auraient vu la belle Louka dans ses œuvres. 😉
      Bon dimanche à toi.

      • À défaut de progrès nous aurions gravé ce projet à même la roche, Louka était déjà là! Et puis de mes attributions de scribe, je vous aurais fait des tablettes personnalisées en marbre gravées au stylet pour diffusion via les NMMPP du moment, on vous aurais bien trouvé-e-s. Faut pas désespérer, regardez Chauvet oui bien Lascaux, ils ont fait quand même, sans Nikon, ni Nokia ni Lehman Brothers et même sans Tollens et sans Caran d’Ache ni Posca… mais il y a fort à parier que le Nain de Jardin, Poutine, Donald et Manu étaient déjà opérationnels à ronger des os et à Enc…. des chèvres…

  3. J’aime bcp cette série qui réchauffe 🔥, éclaire ☀️ et laisse passer la lumière 💡 Louka est sublime 💥🌟💛🧡❤️ Juste une question, vous avez mis combien de temps pour réaliser ce shooting, vous l’avez fait en 1 seule X ? Bisous les mousquetaires 😘❤️🥰

    • Le shooting en lui-même a eu lieu le 29 septembre 2018, en une seule séance d’une dizaine d’heures. Environ 300 photos de faites pour 130 de retenues au final. Et j’ai terminé les traitements que la semaine dernière… D’habitude, le post-traitement ne me prend pas autant de temps, mais j’ai été beaucoup occupé (perturbé) juste après le shooting.
      Il reste encore un épisode, puis j’écrirai un billet sur le making-of (avec photos !) pour montrer les coulisses et l’ambiance du shooting.
      Très heureux que cette série te réchauffe, Natasha.
      Bisous itou !

    • Cela a déjà été « raconté » par ailleurs en morceaux épars, certes, mais effectivement une seule journée et selon les horaires de Dame Nature rapport à Madame Marée (Vin Diou! ça fouette camembert ici!!). En effet, nous avions repéré au Printemps lors d’une mémorable visite que les partie rocheuses les plus riches, pour les prises de vue étaient largement immergées à marées haute. Le jour a été aussi choisi pour cela. Le risque était la météo. A poil par 15° c’est pas comme à 25 ou 21 (ce qui était le cas ce jour là heureusement).Vu les prises de vues envisagées avec accessoires, mises en scène, etc. Nous avions en gros 8 heures utiles sur la plage et dans les rochers entre marée haute et marée basse et d’autres photos ont été faire sur un site verdoyant à flanc de falaise près d’une sorte d’offertoire dans un cadre de verdure en raison de la présence d’une source. Mais chaque photo et série ont été minutieusement préparées bien en amont et dès l’idée du projet. C’est Louka qui en parlera le mieux. J’ai contribué à identifier des idées et des thèmes par le fait d’albums photos personnels constitués durant des années autour de thématiques relatives au romantisme et au féminin, et effectivement, cela nécessite du temps, comme ce temps que Phil consacre ensuite au traitement des photos, de la globalité jusqu’à chacune d’entre elles et qui et très minutieux pour parvenir à ce résultat visible aujourd’hui. Louka s’est également beaucoup préparée de l’intention initiale jusqu’au moment sur place de chaque photo en relation avec Phil, là aussi une à une, pour choix du lieu précis et des attitudes, poses, éclairages, accessoires, etc. Les personnes présentes sur la plage ont été très discrètes et bienveillantes à notre égard. Cette plage est peu fréquentée par les baigneu-ses-rs, mais beaucoup de passage quand même de promeneurs. Nous avions beaucoup de matériel et le feu a nécessité une cueillette de bois dans les fourrés environnants car rien sur place. Tout est allé très très vite durant cette journée et nous y sommes restés jusqu’au coucher du soleil et à l’arrivée de la fraîcheur.

Répondre à Toutarmonie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :