Châteaux cathares

Les châteaux cathares de Quéribus et Peyrepertuse

Pour commencer cette nouvelle année 2019, je vous propose un saut dans le temps. 1000 ans en arrière ! En pays cathare…

Je sais que WordPress est un réseau social de gens cultivés, mais je pense utile de préciser qu’il ne faut pas confondre le pays cathare et le pays du Qatar. Au cas où un membre de Facebook se soit égaré ici… 😛

Aujourd’hui, le pays cathare correspond grosso-modo au département de l’Aude. Il y a une dizaine de siècles, les Cathares avaient leur propre interprétation du christianisme (le catharisme), ce qui n’a pas plu à la Couronne de France et à la papauté. C’est le moins que l’on puisse dire. En fait, les Cathares ont morflé grave dans une énième guerre de religion et le catharisme a disparu vers 1307.

De cette période troublée, les Cathares ont laissé quelques châteaux, en ruines pour la plupart, mais plus ou moins restaurés et visitables.

Les deux châteaux que j’ai visités n’ont cependant pas été construits par les Cathares. Il s’agit plutôt de forteresses bâties bien avant le catharisme et reconstruites par le roi de France sur la frontière sud de ses domaines à l’issue de la croisade contre les albigeois. Des châteaux construits donc en terre cathare. Nuance…

Le premier est le château de Quéribus, sur la commune de Cucugnan. On m’a déjà posé la question mais non, je n’ai pas vu le curé

 

Vu depuis l’ermitage de Força Réal (Pyrénées Orientales), on aperçoit le château de Quéribus (Aude) :

Le château de Quéribus (Aude) vu depuis l’ermitage de Força Réal.

C’est vrai qu’il faut bien regarder à gauche de la crête de droite, au fond. C’est pas clair ? Cliquez sur l’image pour afficher une flèche. 😉

Approchons-nous de cette forteresse perchée sur un piton rocheux à 728 mètres d’altitude.

Le château de Quéribus (Aude).

Les derniers mètres se font à pieds et ça grimpe un peu…

Le château de Quéribus (Aude).

Un fois à l’intérieur de la première enceinte fortifiée, encore des escaliers ! La culture forge des fessiers d’athlètes…

Dans le château de Quéribus (Aude).

(Comme d’habitude, cliquez sur les photos pour les voir avec une meilleure qualité)

Dans le château de Quéribus (Aude).

 

 

Par une fenêtre du château de Quéribus (Aude).

Quand on découvre la vue sur les vallées environnantes, on comprend facilement l’intérêt d’une forteresse à cet endroit.

Dans le château de Quéribus (Aude).

 

Dans le château de Quéribus (Aude).

Depuis Quéribus, on voit le château de Peyrepertuse, sur la crête du fond (à droite) :

La vue depuis le château de Quéribus (Aude).

Zoomons un peu :

Le château de Peyrepertuse vu depuis le château de Quéribus (Aude).

Le château de Peyrepertuse est plus grand que celui de Quéribus.

 

Là aussi, il faut le mériter car le chemin grimpe sur une distance respectable. N’insistez pas, je ne vous montrerai pas mon magnifique fessier !

Le château de Peyrepertuse (Aude).

Depuis le chemin qui monte au château, on aperçoit Quéribus :

Le château de Quéribus vu depuis le château de Peyrepertuse (Aude).

Après avoir franchi la première enceinte, on est frappé par l’étendue occupée par la forteresse (surtout quand on vient juste de visiter Quéribus).

Le château de Peyrepertuse (Aude).

La forteresse est composée de 3 grands secteurs : Le donjon-vieux, l’enceinte médiane et le donjon San Jordi.

On pénètre d’abord dans le donjon-vieux, dans lequel se trouve les restes d’une l’église.

Depuis le donjon-vieux, il faut traverser l’enceinte médiane (dont il ne reste plus grand chose) pour atteindre le donjon San Jordi. Il va encore falloir faire travailler ses fessiers…

Le donjon San Jordi du château de Peyrepertuse (Aude).

Le château de Peyrepertuse est perché à environ 800 mètres d’altitude.

Le donjon-vieux et l’enceinte médiane du château de Peyrepertuse (Aude).

 

L’enceinte médiane du château de Peyrepertuse (Aude).

Un escalier taillé dans la roche, à flanc de falaise, permet d’entrer dans le donjon San Jordi, où la vue est impressionnante.

Le donjon San Jordi du château de Peyrepertuse (Aude).

Depuis le donjon San Jordi, la vue sur l’autre partie du château de Peyrepertuse est magnfique.

Vue sur le donjon-vieux et l’enceinte médiane depuis le donjon San Jordi du château de Peyrepertuse (Aude).

La vue sur la vallée et le château de Quéribus (au fond) est tout aussi belle.

Vue sur la vallée depuis le donjon San Jordi du château de Peyrepertuse (Aude).

En espérant que cette promenade vous ait plu, je vous souhaite une très belle année 2019 !


 

42 réflexions sur “Châteaux cathares

  1. Ha Ha Ha! Ce n’est certainement pas le Roi de France quo à fait édifier ces Constructions, le Comte de Toulouse était à cette époque là bien loin et même très loin d’être rattaché et annexé par le Royaume de France, lequel Royaume n’a fait strictement rien à faire de ce territoire… c’est le Pape qui a obtenu du Roi de France ce rattachement après avoir fait mener la croisade par Simon de Montfort. Les Cathares étaient présents dans la région au même titre que des citoyens ordinaires sans plus, il fallait un prétexte au Pape pour imposer une religion à ce Comté comme à celui de l’actuelle Catalogne, ces territoires vivant en paix en dehors de toutes religions…. le Roi à cédé et le Comté de Toulouse (Occitanie)à été rattaché en échange d’une humiliation(flagellation, etc.) publique du Comte de Toulouse demandée par le Pape… ces châteaux ont toujours existé en dehors de toute relation au catharisme et autres religions existantes… on rattache cela de nos jours uniquement pour des motifs touristiques et commerciaux…

    • Merci pour ces précisions, Henri.
      D’après ce que j’ai pu lire dans la littérature (Wikipédia et la doc donnée aux visiteurs sur place), la date de construction des châteaux est inconnue. Quéribus est mentionné pour la première fois en 1020, Peyrepertuse en 806, donc bien avant le catharisme, Ils ont été reconstruits ou remaniés par le royaume de France après les croisades.
      L’appellation « châteaux cathares » (comme « pays cathare ») est effectivement une désignation utilisée par le tourisme, comme c’est l’usage un peu partout pour valoriser et rendre visible le patrimoine aux béotiens comme moi.

  2. Magnifique ! C’était nos vacances de 2012. Une nuit dans la cité médiévale de Carcassonne (c’était la soirée de la Fête de la Musique) et quelques autres nuits au Château des Ducs de Joyeuse à Couiza. De là nous avons visité plusieurs châteaux cathares dont Quéribus et Peyrepertuse. Souvenirs de marche, de vieilles pierres, de beaux paysages, et de vins de Corbières. Parmi ces vins, le Quéribus, le Peyrepertuse et surtout l’Hérétique que l’on trouve aux Terroirs du Vertige (https://terroirsduvertige.fr). Merci pour ces très belles photos et ces souvenirs d’une région magnifique.

    • Ravi que ce reportage t’ait rappelé de bons souvenirs de vacances, Ronald.
      Depuis six années, tu n’as pas dû remarqué beaucoup de changement sur ces vieilles pierres.
      Je te souhaite une excellente année 2019 !

  3. Très beau reportage.
    Et de belles photos bien méritées (chapeau aux randonneurs)
    Je me suis toujours demandé comment ils construisaient tout ça, à l’époque,
    et en combien de temps.(difficultés et courage qu’il fallait, sans doute un peu d’esclavage aussi, hélas)
    Tes prises de vue sur la vallée et les chaînes de montagne,et bien sûr,
    sur les vestiges de ces châteaux sont magnifiques.
    Merci Phil et belle entame de l’Année 2019.

    • Merci Gil.
      Effectivement, à l’époque, on ne lésinait pas sur le nombre de travailleurs et le SMIC n’existait pas, de même que les grues et autres engins mécanisés. Il fallait des années pour construire un château et la mortalité était élevée (pas de CHSCT non plus).
      Finalement, on n’est pas si malheureux que ça en 2019…
      Bonne année à toi également !

  4. j’adore les châteaux médiévaux et l’histoire cathare alors ton billet me fait très plaisir, phil! merci pour tes vœux et cette visite très détaillée! très belle année 2019 à toi aussi! gros bisous

  5. Oui, ces châteaux ont alimenté – et alimentent encore – bien des fantasmes et des mythes… alors que les Cathares ne les ont pas connus, ayant été bâtis après leur extermination : châteaux royaux pour contrôler à la fois le pays et la frontière… concédés à des barons du nord. A Carcassonne on perpétue dans le spectacle le mythe des cathares… En Bretagne c’est bien Paimpont qui est devenue Brocéliande… à chaqué région sa réinvention de son histoire et de ses légendes… et ça marche pour les touristes ! Sinon, il y a une ou deux dizaines d’années – le temps passe vite : – au pieds de Lastours : les archéologues ont découvert un véritable cimetière et village cathares… Comment le sait-on ? Une inhumation différente.

    • Pour ce qui concerne Quéribus, les Cathares ont bien connu ce château puisqu’ils y ont été assiégés et que certains y sont morts. C’était le dernier bastion à tomber aux mains des croisés français en 1255.
      Le château de Peyrepertuse, lui, est tombé en 1240 sous le règne de Louis IX.
      C’est une époque que je suis bien content de ne pas avoir connue ! 🙂

      • Je voulais parler du château tel qu’on le voit aujourd’hui. N’a-t-il pas été reconstruit après sa prise – comme beaucoup d’autres ? Le donjon polygonal avec ses salles voûtées gothiques, ne sont-ils pas postérieurs à 1258 ?

  6. Voilà un endroit magnifique, bon il ne valait mieux pas oublier le pain ou le sel au moment des courses ! La vue est à couper le souffle on ne peut pas tout avoir lol ! Tu disais que l’ascension t’avait forgé un fondement en acier, mais tu t’es bien gardé de nous le montrer..? En tout cas merci pour la ballade !

  7. Pfiou ! La grimpette m’a donné chaud ! Y a pas une célèbre auberge, à Cucugnan ? Histoire de boire un p’tit rosé bien frais dans un cadre agréable… 😀
    Belle et douce année, monsieur le photographe coquinou !

    • T’as changé de nom ?
      J’ai vu qu’il y avait quelques restos à Cucugnan mais je ne sais pas si l’un d’eux est célèbre. Comme il faisait beau et chaud, j’ai pique-niqué dehors, sur une table en bois. 🙂 Étant donné la route qu’il restait à faire, j’ai aussi préféré boire de l’eau pour éviter de me retrouver devant M. le juge. Nemo Auditur… 😉
      Bises et très belle année à toi également !
      Je vais voir si tes pin-up 2019 sont aussi belles que celles de 2018…

  8. Je passe souvent sur la route en contre bas, jamais je ne suis montée. Visiblement j’ai eu tort. Merci de m’avoir donné l’envie de le faire.
    Très belle année à toi et à tes charmant(e)s modèles ! 😉

    • Tu auras sûrement l’occasion de faire une pause culturelle lors d’un prochain passage dans l’Aude. Ces vieilles pierres sont là depuis 1000 ans. Elles vont bien attendre encore un peu ta visite… 😉
      Bises et très bonne année à toi également, Sophie.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :